Métabolisme du Fer

Fer et saturation de la transferrine 
Une carence en fer peut expliquer une fatigue chronique.  C’est aussi un facteur de risque cardiovasculaire : 30 à 50% des personnes qui souffrent d'insuffisance cardiaque ont une carence en fer.  Un excès de fer avec un calcul de la saturation de la transferrine supérieur à 50% est un indicateur d’une hémochromatose.

Ferritine
Protéine qui assure le stockage du fer dans l'organisme (foie, rate, moelle osseuse).  Une élévation de ferritine peut être secondaire à une surcharge en fer ou une inflammation hépatique.  Une ferritine basse peut résulter d’une carence en fer : pratiquement, le seuil de santé du fer doit être supérieur à 50 mg/l.

Transferrine, capacité de fixation
La transferrine ou sidérophiline est une protéine sérique synthétisée par le foie.  Elle transporte 2 atomes de fer par molécule de transferrine, d’où est tiré le calcul de la capacité de fixation. La fonction de la transferrine est le transport du fer de l'intestin vers les réserves hépatiques et vers les réticulocytes.  Le taux de transferrine sérique fluctue avec le degré de saturation du sang en fer.

Récepteurs solubles de la transferrine
Le dosage des récepteurs donne une indication des concentrations de fer, réserves comprises.  Son avantage par rapport à la ferritine est qu’elle est moins sensible au fonctionnement hépatique, donc relativement indépendante des processus inflammatoires, ce qui n’est pas le cas de la ferritine, qui augmente rapidement en cas de problème hépatique indépendamment des concentrations de fer.

Hepcidine
L’hepcidine participe à l’homéostasie du fer.  Lors d’une forte expression de l’hepcidine, le fer s’accumule dans les cellules; une faible expression provoque une sortie du fer dans le milieu extracellulaire.  Son dosage permet de mieux comprendre les causes d’une carence en fer.  Une carence en fer peut expliquer une fatigue chronique, et est aussi un facteur de risque cardiovasculaire.

Note sur l'absorption du fer
L’absorption du fer est activée les aliments contenant de la vitamine C (ex le kiwi), le cuivre, l’acidité gastrique et diminuée par les tanins (du thé par exemple), les fibres, l’acide phytique, le son, le calcium, le zinc et certains médicaments. Le statut en fer du sujet modifie son taux d’absorption. Si la carence en fer est avérée, l’organisme augmentera spontanément de 3 à 10 fois l’absorption du fer ingéré.
http://alimentationgrossesse.unblog.fr/2007/05/15/le-fer-2/